mercoledì, Ottobre 05, 2022

Notizie dal mondo

Les caravanes qui migrent

Frontières d’hier, frontières d’aujourd’hui

Traduction de Jalila Hnm Taamallah – texte de Laura Sestini

Comme le rapporte le Manifeste partagé des Carovane Migranti, 49 000 personnes sont mortes depuis 1993. Plus de 28 mille depuis 2014. Mille soixante-dix en 2022. Morts principalement en mer, mais aussi aux frontières intérieures entre Irun et Hendaye, au pied des Pyrénées, dans les Alpes, dans les Balkans et à la frontière de la Pologne avec la Biélorussie.

Des routes et des frontières qui, il y a 83 ans, ont été plongées dans l’un des moments les plus destructeurs et sanglants de l’histoire de l’humanité que nous ne devons pas oublier, en particulier dans le contexte géopolitique contemporain.

Dans la Caravane européenne et internationale Pyrénées-Alpes 2022, la Caravane Abriendo Fronteras, Carovane Migranti, Tous Migrants, La couverture de la Mémoire, Tunisie, Antiracist Network of Catania, Linea d’Ombra, LetCIEntrare, Proyecto Puentes de Esperanza, Red Regional de Familias Migrantes CA, Cofamicenh (Honduras), Associations des mères des migrants disparus, Bona Fide (Monténégro) Aguilas del desierto (Mexique-USA) partagent expériences, objectifs, plaintes et requêtes.

Carovane Migranti est née en 2013 d’un groupe d’amis turinois qui s’intéressaient aux pays d’Amérique centrale et du Sud et aux routes migratoires de ces régions. De là, une discussion politique s’engagea entre eux avec la conviction que la même chose se passerait aussi en Italie. Malheureusement, tout ce qui se passait en Amérique du Sud se passera aussi en Méditerranée, et plus encore le long de la Route des Balkans. En 2014, la première Caravane de Turin est partie pour l’Espagne ; traversant les frontières françaises et espagnoles, il a parcouru les routes migratoires européennes le long desquelles des centaines de milliers de personnes ont traversé les frontières de la mort et du refoulement pendant des décennies.

Curieux de ces importantes activités de mémoire menées par des citoyens ordinaires, nous avons interrogé Gianfranco Crua, turinois membre actif de Carovane Migranti.

Comment est né le groupe Carovane Migranti?

Gianfranco Crua – Le groupe est né de manière informelle et n’a jamais ressenti le besoin de former une association ou une organisation préétablie. Ce choix exclut la possibilité de participer à des appels d’offres ou de recevoir des financements, nos activités sont donc toutes autofinancées par des collectes, des collectes, des dîners solidaires. Ceux qui participent aux Caravanes paient de leur poche comme pour tout voyage.

Comment se déroulent les activités des Caravanes?

Nos collectes d’argent visent à inviter chaque année, depuis la première Caravane, des témoins issus de contextes migratoires d’Amérique Centrale et du Sud : deux, trois, parfois même au-dessus de nos moyens, nous avons financé le voyage de quatre personnes. Ces personnes sont liées à celles qui se sont engagées dans une voie migratoire, par exemple les mères de migrants disparus, les militants ou les défenseurs des droits humains. En tout cas, ce sont des personnes qui risquent régulièrement leur vie, car elles côtoient les « vrais » migrants. Il est plus difficile d’un point de vue émotionnel mais aussi éthique d’impliquer personnellement ceux qui ont réellement emprunté des routes migratoires. Nous semblons présenter “l’ours dansant”. Ce sont les parents qui ont raconté les histoires des enfants, jusqu’à ce qu’ils disparaissent.

Lorsque nous avons adopté le nom, nous espérions que davantage de caravanes de migrants seraient formées, les vraies. En fait, en 2018, ils se sont formés avec les migrants du Honduras, d’abord de 5 000 personnes, puis de 10 000. Depuis, nous avons été un peu modestes sur cette appellation, puisque la nôtre est une Caravane qui peut se déplacer librement entre les frontières et construire des réseaux et des liens, contrairement aux migrants qui vivent vraiment l’expérience migratoire sur leur corps. Lors de nos activités nous précisons toujours que nous ne nous comparons pas à eux, mais plutôt au nom que nous avions déjà adopté quelques années auparavant puis décidé de garder.

Avez-vous un rôle spécifique dans Carovane Migranti?

N’ayant pas de structure, personne n’a de rôles spécifiques. Nous sommes un groupe qui s’est élargi au fil des ans, des gens qui entrent et sortent, peut-être des étudiants qui partent ensuite à l’étranger. Le noyau est de Turin et nous n’avons pas de rôles assignés. Nous sommes des citoyens actifs.

Alors Carovane Migranti raconte les histoires des frontières migratoires en Europe, ou aide-t-elle aussi activement les migrants?

Nous faisons une Caravane par an : à partir de 2019 en collaboration avec les Espagnols d’ Abriendo Fronteras, un groupe d’activistes qui a la particularité d’avoir une forte participation. Unis avec notre petit nombre, mais avec la valeur ajoutée des témoins que nous invitons, nous nous sommes très bien intégrés; dans les groupes il y a des amitiés extraordinaires, et chaque année nous avons hâte de vous revoir. Entre autres choses, Lorena Fornasir et son mari Gian Andrea ont également participé à notre dernière Caravane, l’escale dans le Val di Susa, que nous avions également croisé à Trieste avec la Caravane des Balkans, mais Covid nous a empêché de réaliser les activités comme prévu. .

Au cours de l’année, nous travaillons sur l’itinéraire qui relie Trieste à Turin, Ulzio (Oulx) et la France, ce qui signifie fournir une assistance vestimentaire, alimentaire et informative aux personnes qui arrivent d’abord à Trieste depuis Lorena et Gian Andrea, puis passent par Milan où il existe un autre groupe de soutien extraordinaire composé principalement de femmes. Une fois à Turin, nous essayons de donner des informations correctes sur la façon d’atteindre Ulzio – où il y a un refuge et une organisation d’accueil éprouvée – et sur ce qui attend les migrants en cours de route. Environ 13 000 personnes sont passées par Ulzio en 2021, qui ont toutes réussi à entrer en France. Cela signifie aussi la porosité de la frontière et de nombreuses histoires de la police des deux côtés de la frontière.

Un projet bienvenu

A un certain moment de notre parcours nous avons pensé à créer un projet d’accueil, mais en en discutant nous nous sommes rendu compte qu’il y avait déjà ceux qui le faisaient mieux que nous, et alors il faudrait obligatoirement s’établir dans une organisation reconnue. En 2017/18, un groupe de migrants est arrivé à Cuneo, redistribué sur tout le territoire et s’est retrouvé dans un Cas – Centre d’accueil extraordinaire, qui constitue aujourd’hui la méthode d’accueil ordinaire – géré par des sujets contigus à la ‘ndrangheta, (la gestion du Cas est contracté par les autorités locales) que Salvini attribuait plutôt aux “coopératives rouges”. Ceux-ci gagnaient beaucoup d’argent avec les fameux 35 euros par jour, alors réduits par le décret Salvini, ne fournissant pas une nourriture adéquate aux invités, composée exclusivement de pâtes pour le déjeuner et le dîner, et les services inclus dans le quota journalier attribué à chaque migrant. Nous avons donc pris des mesures pour une campagne “Mala Accoglienza” à Cuneo , ce qui a également entraîné des plaintes, mais nous avons finalement réussi à fermer le Cas Center.

Enfin, nous sommes convaincus que même de petites initiatives comme la nôtre, disséminées dans toute l’Italie – et nous réitérons l’immense travail que Lorena Fornasir et Gian Andrea Franchi accomplissent à Trieste, malgré les risques qu’ils encourent – valent bien plus que toute la politique des années mises bout à bout, qui ne fait rien dans aucun domaine, surtout à gauche. Bienvenue à tous les « points » dispersés dans toute l’Italie.

Des anecdotes sur les Caravane Migranti dans les Balkans?

Le parcours et l’organisation de la Caravane dans les Balkans ont été merveilleusement structurés par Vesna Šćepanović qui, un peu comme nous l’avons fait dans la Caravane espagnole, a réuni les frontières du passé et celles d’aujourd’hui. Par exemple, les camps français d’exilés du franquisme ont des similitudes avec ce qu’on appelle des camps d’accueil à Lesbos et dans les Balkans, qui deviennent alors des camps de concentration et de la mort, alors que tout le monde marmonne que l’histoire ne se répétera pas de la même manière. Vesna, dans les Balkans, a organisé des rencontres avec des groupes et des individus travaillant sur la route migratoire – je cite pour tous Ruka Sabina Talović, membre du réseau Women in Black, qui travaille dans les forêts de Pljevlja au Monténégro avec une autre femme et sa fille. Naturellement, les trois femmes travaillent seules, attentives aux nationalismes renaissants de ces régions – où elles ont vu passer environ 10 000 personnes et secourir.

Ruka Sabina Talović et The Woman in Black lors d’une commémoration à Srebrenica

Parallèlement aux récits et aux lieux des migrants, Vesna nous a guidés sur les lieux de la guerre des Balkans, dont beaucoup de choses sont restées les mêmes depuis les années 1990, comme les nationalismes qui continuent de couver sous les braises – le Kosovo et la Serbie le prouvent. La question de la migration est le match pour allumer le feu du nationalisme. Sabina Talović est en effet continuellement agressée par les Serbes : d’ abord parce qu’elle est ouvertement antifasciste et féministe, mais surtout parce qu’elle vient en aide aux migrants, soupape d’échappement des nouveaux mouvements nationalistes.

Depuis le Monténégro, nous avons compris que l’Ukraine n’est pas très loin non plus et que cette guerre peut à nouveau mettre le feu à toute la région des Balkans. Pour établir un parallèle, les Balkans ressemblent de plus en plus au Mexique dans les routes migratoires. Si un migrant disparaît en Méditerranée, personne ne s’en aperçoit, à l’exception des proches qui le recherchent. Dans les Balkans, si vous entrez par une frontière, vous devez théoriquement sortir ailleurs le long de la route. Si cela ne se produit pas, cela signifie qu’il y a des disparitions forcées, et en fait, une page Facebook a déjà été créée pour les mères et les membres de la famille qui recherchent leurs enfants sur ce chemin migratoire, avec la même dynamique des mères d’Amérique centrale qui recherchent leurs proches, photos en main ou imprimées sur un T-shirt et le lieu où l’enfant, le mari ou le parent a été vu pour la dernière fois. Il est clair que si la police te trouve, une fois qu’elle te frappe et te repousse, une autre fois elle peut te tuer. Nous devons faire très attention à ce qui se passe dans les Balkans avec les migrants. J’ai lu récemment unreportage sur les frontières entre la Turquie et la Bulgarie, où il y a des bandes de policiers privés, des légionnaires, lourdement couverts par les États, qui ont une devise sur laquelle agir : « Si nous vous trouvons, nous vous tuerons et vous enterrerons » .

Au Mexique, il y a des caravanes de mères très pauvres qui obtiennent un visa provisoire pour chercher leurs enfants dans les prisons, les lieux de rencontre, les bordels, avec des photos de leurs enfants autour du cou. Pour l’instant, cette modalité relève de la science-fiction, mais il faudrait tôt ou tard donner la chance aux mères de disparus , en Méditerranée ou dans les Balkans, ainsi que sur la route espagnole, de rechercher leurs enfants. Il semble plutôt – pour la politique européenne – que plus ils disparaissent, mieux c’est.

La Feuille de Mémoire, brodée lors de la Caravane Espagnole 2022 avec les noms des migrants sud-américains et tunisiens disparus. Photo de profil Facebook de Carovane Migranti

La dernière Caravane franchit les frontières de la France et de l’Espagne: quel était le but et le message à diffuser?

Les politiques migratoires italiennes et européennes sont désastreuses. Être migrant à la frontière, c’est subir de grandes violences et être rejeté de l’autre côté ; nous essayons d’accueillir en Italie de la pire des manières, en effet beaucoup fuient, alors qu’entre-temps trop de gens continuent de mourir. Les gouvernements font semblant de comprendre, mais ils savent très bien comment ça marche et continuent de déplacer les frontières plus au sud, comme aux Etats-Unis cela s’est déjà fait il y a vingt ans avec le Mexique.

Malgré le déplacement des lignes de contrôle, les migrants continuent de passer, mais les risques sont toujours plus élevés. Lorsque le risque de vie-mort augmente, ceux qui veulent franchir une frontière s’en remettent de préférence aux trafiquants, ce n’est donc pas un hasard si des camions avec 50 personnes entassées mortes par étouffement se retrouvent au Mexique, au Texas. Les gens paient pour le «service» de transport , et comme cela se produit du Mexique aux États-Unis, cela se produit en Méditerranée, sur la route des Balkans et aussi sur la route ibérique. Ceux qui entreprennent individuellement le voyage risquent mille fois plus leur vie et le mécanisme est le même partout : si l’un a un problème physique et va moins vite, vous le laissez derrière vous pour toutes les polices corrompues et groupes de bandits en tous genres.

Alors que la guerre en Ukraine avec des dizaines de milliers de morts à son actif fait aussi de moins en moins l’actualité, il n’y a aucun espoir que les migrants dans ce contexte historique retiennent l’attention.

La Caravane Pyrénées-Alpes 2022 a voyagé pendant dix jours, nouant des relations avec de nouvelles personnes et associations dans les lieux visités, organisant des activités ensemble. Un fait qui nous a particulièrement troublés est le langage et les symbolismes, exhumés jusqu’à nos jours, que nous avons retrouvés dans les camps d’accueil des exilés du franquisme dans le sud de la France – comme celui de Gurs – qui se transformeront ensuite en camps de concentration pour ceux qui voulaient se réfugier en Amérique du Sud.

Entre 1939/40, des centaines de milliers d’Espagnols républicains transiteront par Argelès-sur-Mer pour tenter de s’expatrier : environ un million de personnes recevront l’asile au Mexique et en Amérique du Sud, tandis que beaucoup seront renvoyées en Espagne. Ces mêmes camps deviendront plus tard des lieux de détention pour les Juifs attendant d’être transférés dans des camps de la mort en Allemagne et en Pologne.

Il est impressionnant de voir à quel point la dynamique de la répression est toujours la même. Le contrôle sur ces camps français était exercé par des militaires français d’outre-mer, majoritairement africains – sénégalais, maliens, camerounais – enrôlés depuis les territoires des anciennes colonies (sorte de rédemption sociale de refoulés à répresseurs ? ndlr) . Les Français ne se sont pas directement salis les mains, ce qui rappelle beaucoup l’actuel CPR italien – centres de rétention pour rapatriement – dont la gestion est sous-traitée à des sociétés extérieures, y compris étrangères.

Le dernier jour de Carovana, déjà de retour à Turin, nous avons fait une garnison devant le CPR de la ville, une question sensible également pour les Espagnols, qui se trouve dans le quartier où tout le monde peut voir ce qui se passe à l’intérieur, où les migrants ils vivent enfermés à l’intérieur de cellules dans l’indifférence générale.

Il existe de nombreuses similitudes entre le passé et le présent. Bien sûr, ces camps de concentration n’existent plus en France : sur la plage d’ Argelès-sur-Mer il y a des monuments mémoriels où les touristes passent mais personne ne s’arrête pour lire, sous prétexte que quelqu’un connaît l’histoire d’il y a 80 ans.

La caravane sur ces lieux s’est arrêtée, à la surprise des nageurs, pour prononcer des discours, ce qui a suscité une certaine curiosité et suscité des questions de certains passants.

Sur cette place, la mère tunisienne qui cherche ses enfants perdus en Méditerranée depuis 2011 a prononcé des mots vraiment touchants au nom de toutes les mères tunisiennes, après avoir su ce qui s’était passé de nombreuses années plus tôt, juste là. Un moment de profonde méditation. Cette Mère fait partie des témoins que nous avons invités pour 2022, avec une autre qui n’a pas obtenu de visa, car lorsqu’elle a réussi à partir à l’étranger elle a parlé très, ‘trop’ franc, donc c’est préférable de ne pas le faire sortir de Tunisie .

Les principaux objectifs des Caravanes sont de mettre en parallèle passé et présent, des situations migratoires d’hier et d’aujourd’hui, qui présentent malheureusement de nombreuses similitudes quoique dans des contextes historiques différents. L’établissement de relations avec des personnes et des associations d’autres pays voisins élargit la prise de conscience, à la fois de la dimension des phénomènes de passage des migrants et des pratiques de violence qu’ils subissent aux frontières intérieures de l’Europe. Nous essayons de faire émerger les histoires collectives de ces personnes, par exemple celles qui se sont noyées dans la rivière Bidasoa en essayant de traverser la frontière entre l’Espagne et la France, près de la ville d’Irun au Pays basque.

Le message pour chacun est d’augmenter la prise de conscience de ce qui se passe autour de nous, de maintenir une dimension d’humanité ; même en tant que citoyens individuels, nous pouvons toujours agir, donner un coup de main, pour aider ceux qui en ont besoin.

Mère hondurienne à la recherche de son fils
Photo de profil Facebook de Carovane Migranti

https://www.facebook.com/carovanemigranti/videos/744143460231083: commémoration des exilés ayant fui Argelès-sur-Mer, dans le Sud-Est de la France, où sont passés au moins 100 000 réfugiés républicains fuyant les troupes franquistes.

Version italienne de l’article: https://www.theblackcoffee.eu/carovane-migranti/

—————————–

Jalila Taamallah est la mère de Mehdi et Hedi Kenissi. En avril 2021, Jalila a enterré les corps de ses enfants morts dans un naufrage en Méditerranée en 2019 à Bizerte. Avec une grande force, la mère tunisienne a traversé la Méditerranée et est venue en Italie où elle a réussi à mener à bien le processus d’exhumation et de rapatriement des corps de ses proches.

Sabato, 3 settembre 2022 – n° 36/2022

In copertina: Des mères tunisiennes recherchent leurs enfants disparus en Méditerranée – Photo de Jalila Hnm Taamallah

Condividi su:

Utilizzando il sito, accetti l'utilizzo dei cookie da parte nostra. maggiori informazioni

Questo sito utilizza i cookie per fornire la migliore esperienza di navigazione possibile. Continuando a utilizzare questo sito senza modificare le impostazioni dei cookie o cliccando su "Accetta" permetti il loro utilizzo.

Chiudi